MAITRESSE DOMINATRICE PARIS BONDAGE FEMINISATION

Dominatrice Maitresse Francoise
Latex Rubber Bondage PARIS
Femdom Mistress Francoise
Latex Rubber Bondage PARIS

Dominatrice Paris, Maitresse rubber, latex Educatrice Francoise bienvenue
dans le monde erotique du donjon de la Maitresse dominatrice fetish fetiche Paris. Pour bondage cuir, latex. jeux de roles Doctoresse impitoyable, Maitresse encagouleuse, la dominatrice pratique les lavements, sm et domination Vous revez d etre aux pieds de la dominatrice maitresse, soumis, esclave Mon talon aiguille tel une bite avalee dans votre bouche. Vous, en suspenssion englouti dans mes sacs de cuir et de latex de ruber. Je suis une dominatrice latex. Vous venerez ma cuissarde comme une deesse sacree. Dominatrice pour Interrogatoire autoritaire, militaire, electricite ! Travestis, feminisation en devenir femme, soubrette, sissy, rubber doll, putain, Votre anal-ite sera satisfaite Maitresse Dominatrice fist fuck. Soumis a ma discipline, a mon gode ceinture. Severe , je pratique l humiliation, punitions corporelles, le fouet, les pinces, la privation sensorielle, le controle de la respiration, face sitting, fessees, canne anglaise, cravache, martinet
Mise à jour 18 juillet 2017

ATTENTION !
Ce site est réservé aux majeures de plus de 18 ans ou de plus de 21 ans suivants les états. En cliquant sur les boutons vous déclarez être majeur et vous prenez conscience que de ce site contient des textes et des images susceptibles de choquer certaines sensibilités. En ne respectant pas cet avertissement ci-dessus vous obtenez l'accès du service par une fausse déclaration.

 

Tous les modèles avaient plus de dix-huit ans lorsqu'ils furent photographiés.

J'accepte


Dominatrice Maitresse Francoise Impératrice du vice
Et j'entre dans le donjon de la Dominatrice

Dominatrice Paris, Rubber latex fatal Mistress, welcome in my fully equipped dungeon in the heart of Paris, for the leather or latex bondage. Merciless doctor, cowler, suspender, opener of male vaginas practicing the enemas, bondage and the dominion under all its forms. You dream to be at my feet. Submissive, slave is your fetish. My stiletto heel, such a cock swallowed in your mouth. And your body will be suspended or gobbled up in my leather or inflatable latex bags. I am a latex misstress
You will worship my high tightlates or leather boots as a sacred Goddess. Our role-playing games? Governess role-play, authoritarian, military interrogation scenes, electroplay, sissy training, maid, rubber doll, whore training, Your anal passion will be satisfied because I fist-fuck. Whatever are our role-plays, you will be submissive to my discipline, to my strap-on.
English spoken

Last update july 18th 2017

WARNING !
This site contains material of an ADULT nature  If you are minor, or are offended by such material,
By entering you are confirming that you are legally entitled to view such material in your state or your country.

 

All models were at least 18 years old when they were photographed.
Custodian Of Recors (18U.S.C. Section 2257

I accept

Dominatrix Mistress Francoise Paris Perversion Empress

I enter in the dominatrix Dungeon


" Quand un égaré comprend qu’il doit rebrousser chemin, il n’est pas loin d’avoir trouvé la voie ! " ( Proverbe chinois)


« Il y a moins de phantasmes masochistes qu’un art masochiste du phantasme ».
Gilles Deleuze

En vente sur Kindle Amazon Françoise Maîtresse 2


Extrait de Françoise Maîtresse 2 

Suzy

            Je reçois un coup de téléphone de Maîtresse Claudia . Elle me demande de me rendre chez un couple de ses amis dans le 16e, du côté du boulevard Beauséjour. Lorsque mon taxi s’arrête devant le portail, j’aperçois un valet qui attend sur le perron de la maison.
Je gravis l’escalier…
            « Madame, me dit-il, la gouvernante vous attend… »
            On me fait entrer dans un salon somptueusement meublé. Héritage familial ou provenant de la rue des Saints-Pères. Je crois reconnaître un Picasso au mur. Je n’ose m’approcher. La porte s’ouvre brusquement, c’est alors qu’apparaît une femme au visage émacié. Elle est brune. Son allure est sévère. Elle est vêtue d’un tailleur noir cintré. Ses cheveux sont tirés en arrière par un chignon.
            — Madame, nous vous avons priée de venir dans une tenue plus légère, s’exclame-t-elle ! Ainsi vêtue, vous avez l’air d’une jeune femme de notre quartier. Ce n’est pas ce que nous cherchions. Ne vous a-t-on rien dit ?
            Je suis surprise, j’arrive pourtant en tailleur chic, noir, en tenue de maîtresse, trop sobre peut-être ?
Elle bougonne…
Bref, reprend-elle :
            — Je vais voir ce que je peux faire. Quelle est votre pointure ?
            — Trente-neuf.
Elle quitte la pièce en me tournant le dos. J’entends son pas sec. Ses talons claquent sur le parquet. Elle revient. À la main, elle tient une guêpière, des bas résille, une jupe fendue, une perruque et des sandales aux talons acérés et géants.
            — Changez-vous !
Amusée, je joue le jeu.
Elle me tend également une pochette de maquillage.
            — Et changez votre rouge à lèvres. Vous en trouverez un plus vif, plus rouge dans cette pochette. Maquillez vos yeux très noirs.
J’ai compris ce que l’on attend de moi, c’est que je me travestisse en pute caricaturale. Je m’évertue donc à changer mon look.
Lorsque la gouvernante revient, elle m’inspecte des pieds à la tête. Cela a l’air de convenir. Elle repart avec un « Attendez ! » militaire. Puis la porte s’ouvre à nouveau.
            Alors, apparaît une créature plus que surprenante. Elle mesure au moins un mètre quatre-vingt-dix. Sa taille est enserrée dans une guêpière rouge. Des bas avec couture accrochés à des jarretelles gainent ses jambes. Elle est chaussée de sandales dorées. Ses griffes écarlates rayent le parquet. Elle est coiffée d’une monstrueuse perruque blond platine. Ses seins sont gonflés au compresseur. Son visage est maquillé. Le rouge à lèvres déborde outrageusement, à la manière dont Bette Davis maquillait sa bouche. Ses faux cils ressemblent à ceux de Daisy Duck. Au-dessus de ses chevilles, on discerne des mollets de lutteur. Et sous la résille, transparaît une pilosité de singe. Elle tient dans une main, un long fume-cigarette, et dans l’autre sa queue de mâle.
            Je suis en pleine Histoire d'O à l'envers. Quand la dominatrice devient réellement l’objet d’une théâtralisation masochiste. Et voir Sir Stephen en maître maso travesti avec ses fringues de poule aguicheuse, m’amuse follement.
            La pute fictive porte, en bandoulière, un lecteur de CD. La machine hurle un air de strip-tease. La créature rythme ses hanches sur la musique. Elle me souffle sa fumée dans le visage et me dit :
            — Alors c’est toi la nouvelle qui prétend me voler mon bout de macadam !
            — Mais non très chère, il y a du taf pour nous toutes !
 J’avais compris le rôle que je devais tenir sur ce trottoir imaginaire.
Elle tourne à nouveau autour de la pièce. Elle a un faux cul. Elle le fait rouler. Elle marche en canard, jambes arquées, comme le font toutes ses sœurs de fantasme. Elle repasse à côté de moi. Elle me remet un grand coup de cul.
            — Pousse toi d‘là, traînée ! Laisse la place aux gagneuses ! T’as aucune chance !
            Puis Suzy, c’était le sobriquet qu’elle s’était donné, Suzy m’attrape, me met avec elle devant une glace et me dit avec une grosse voix mâle et un fort accent américain :
            — Regarde, je souis plue belle que toi ! Regarde tes seins ridicoules ! You’re too skinny, comment veux-tu faire bander les mâles, allez dégage !
Elle se branle sans éjaculer. Elle sonne, la gouvernante arrive et lui tend un joint. Puis Suzy me tourne le dos. Je l’entends marmonner en Anglais à la gouvernante.
            — Occupez-vous de la maîtresse !
            Je me change à nouveau. Suzy a disparu. Quand je descends les marches du perron. Un taxi m’attend. Un autre taxi arrive. Une jeune femme qui me ressemble comme une sœur en descend. Elle monte les marches…


La suite sur amazon.fr Françoise Maîtresse2

Voir le lien en page intérieur rubrique "journal"


Les titres Maîtresse Francoise et Françoise Maîtresse sont protégés

« Le titre d'une œuvre de l'esprit, dès lors qu'il présente un caractère original, est protégé comme l'œuvre elle-même.
Nul ne peut, même si l'œuvre n'est plus protégée dans les termes des articles L. 123-1 à L. 123-3, utiliser ce titre pour individualiser une œuvre  du même genre, dans des conditions susceptibles de provoquer une confusion. »
L’originalité d’une œuvre de l’esprit se définit en droit français comme l’empreinte de la personnalité de son auteur.

ATTENTION

ET malgré cela :
Depuis déjà plusieurs plusieurs années les dominatrices les plus connues  telles que Maîtresse Cindy ou Maîtresse Elsa et moi-même. sont victimes de vol intellectuel sur Google. Les sites flibustiers essaient de détourner ainsi votre attention pour vous extorquer un abonnement.  Et, pour le résilier cela sera un vrai parcours du combattant.  Personnellement je n’ai plus d’abonnement sur MES  sites ou MON BLOG. Je ne propose pas de conversations rémunérées, ni demande d’envoie d’argent ou de cadeaux. Je ne pose jamais nue et ne m’affiche jamais en sexe traditionel exhibe. Toutes vidéos de nu et, ou  de sexe traditionnel portant mon nom émanent de ces margoulins usant d'actrices sexuelles. Des référenceurs les plus en vue à la tête de fortune n’hésitent pas à user de ce vol intellectuel. Avant d’user de votre carte visa attention. Et en bons voleurs, ils enregistrent leur nom de domaine dans des paradis fiscaux à des noms bidons. Ainsi ils se rendent inattaquables.
C’est seulement en circulant dans les pages que l’on comprend qui ils sont vraiment. Le plus riche de ces référenceurs européens qui a déjà fait fortune avec le Minitel n'hésite pas à utiliser ce type de pratique


Mise à jour le 19 décembre 2016


Douée des qualités d'une sorcière, intuitive, j'entends les non dits.


Témoignage de Blandine

« Je rêvais de porter ces tenues de bonne, être dirigée de main de fer par ces femmes hautaines qui me glaçaient et qui en même temps m'entraînaient dans des rêves orgiaques. Quand je suis devenu jeune homme, je n'ai pas rêvé d'une belle jeune fille à épouser. Mes chimères allaient plutôt vers une marâtre, comme celle de Blanche-Neige, qui me ferait obéir au doigt et à l'œil. Et qui m'entraînerait dans un rêve. Du reste il n’y a pas que la marâtre de Blanche-Neige qui provoquait mes rêves érotiques, toutes les marâtres de Walt Disney me mettaient dans un état fiévreux.
            Au fil du temps, devenue adulte j’ai dû réapprendre la vie, à la faire danser joyeusement à l’envers. Je suis folle de ces tenues de bonne que portait ma mère, blouses pastelles rayées, tablier blanc en dentelle, une coiffe assortie au tablier ».

Blandine ma bonniche enlatexée sur la table gynéco, ouverte, elle suit régulièrement des visites médicales chez sa Dominatrice Paris


Rubber transformation

Moi, debout, face à lui-elle, infirmière, corps enserré de rubber moulé, ma chair se marbrilise, se pétrifie, comme celui des Vénus de pierre évoquées sans cesse par Sacher-Masoch.
Je me glisse entre ses cuisses. Il agrippe ma taille sanglée, enlatexée, comme s’il s’agissait d’une bite géante. Ses mains opèrent un ferme va et vient.
Elles montent et descendent le long de ma taille, obélisque de caoutchouc déifié qui n’en finit plus. Lui est encaoutchouté d’une robe longue et transparente. Je boucle chaque sangle de cuir autour de ses jambes sur les étriers. Le cliquetis du métal, ces attaches qui serrent et possèdent, font monter la transe.
Il n'est qu’un corps ouvert, dilaté qui se distend. Ses yeux tournent, exorbités. Il découvre, accrochés au mur, se détachant sur la faïence blanche, des masques de caoutchouc, des canules, des tubulures de latex jauni, des spéculums, des gants de caoutchouc immenses , qui montent jusqu'en haut du bras, faits pour fouiller les corps, de gros tabliers de boucher en latex épais, il y en a un rouge, un autre transparent. Il y a de simples blouses d'infirmières en coton blanc.
Il voit des sangles de cuir armées de menottes, que l'on utilise dans les hôpitaux psychiatriques, ainsi qu’une camisole renforcée de cuir, imparable. Des ventouses côtoient une pompe, destinée à aspirer les bites, les coller prêtes à exploser aux parois du tube en Plexiglas.
Halluciné, il regarde la poche de latex qui se remplit d'eau tiède, la poche munie d'un long tuyau de caoutchouc. A son extrémité, une canule dotée de deux ballonnets gonflables : le double-bardex. Il sait qu'un des ballons sera gonflé dans son cul et l'autre appuiera sur le bord extérieur de son trou.

A visiter absolument la Boutique de Maîtresse Elsa
cliquer sur le lien ci-dessous


Anima au Donjon

Anima a 13 ans lorsque, au cours d’une kermesse de banlieue, il se perd dans une allée déserte. Au bout de celle-ci, surgit soudain une jeune fille portant des cuissardes  d’un rouge flamboyant : « Dans mon souvenir, les cuissardes pelliculaient les cuisses de mon ensorceleuse… Elle se tourna vers moi et me regarda longuement. Vertige, mes yeux rivés sur le cuir en feu… »
Maîtresse Françoise, en experte de l’inconscient, insiste : « Le fait qu’elle soit dans cette allée entièrement vide, n’as-tu pas l’impression d’avoir basculé, traversé un couloir dans un monde parallèle,
d’avoir voyagé ailleurs ou encore d’avoir vécu, comme tu le dis toi-même, une apparition ? »

L'enlèvement de Sabine

Pour Sabine, tout a commencé par L’Enlèvement des Sabines de Nicolas Poussin vu au Louvre. Depuis, il court de musée en musée en quête de rapts. De Füssli à Rubens, aucun ne lui échappe. Et il se retrouve, enfin enlevé, immobilisé et bâillonné sur la table de bondage du donjon. Il va falloir téléphoner à sa femme pour lui demander une rançon. Qu’elle refusera évidemment de verser, laissant la pauvre Sabine aux mains sadiques des « infirmières psychiatriques complètement dingues » qui le tiennent en otage.

Bondage cuir et latex
Controle de la respiration

Un voyage
Pour se fondre dans l’exil intérieur, il a besoin d’être complètement immobilisé. Avant de l’enfermer, je prends soin de percer son cul avec un gode en chrome électrifié. Je ligote ses couilles. Je lui mets des pinces aux seins. Puis je l’encagoule. Et je le bâillonne. Il est alors enfermé et sa vie Il la choisit, elle tourne à l'envers comme dans un bal musette.

Puis en position gyneco prête pour les godes-ceinture

Dans l'inflatable pour une longue dérive au milieu des étoiles,
là où le cerveau et le corps sexué ne font plus qu’un


France Culture Mauvais genres l'émission de François Angelier
Entretiens avec Céline du Chéné dans trois émissions
« Le crépuscule des sous-dieux : figures du savant fou de Frankenstein à Norbert Wiener »,
Mauvais genres, France Culture, 28 septembre 2013
Sur Les femmes fatales Le 19 octobre 2013
Samedi 16 novembre à propos de Sacher Masoch
L'AMOUR - FOUET ou le monde masochien :
toujours dans l'emission de François Angelier Mauvais genres.

Ci-dessous Anima la jument dans la sissy room travertie avec de vrais faux seins corsetée bottée


© Maitresse Francoise - Tous droits réservés, reproduction interdite. Les pseudonymes Françoise Maîtresse et Maîtresse Françoise, Le développement, le référencement y compris les balises "Meta" sont protégés par un dépôt légal, toute reproduction même partielle est interdite sous peine de poursuites pour violation des droits d'auteurs et de la propriété intellectuelle.


Maitresses Dominatrices Fetish

Maitresse Dominatrice

Maitresse Dominatrice Francoise vous conseille vivement de consulter la toplist des plus grandes dominatrices internationales si telle est votre recherche. Et de vous y inscrire si vous êtes une Maitresse Dominatrice.