Document sans titre

Interview Penthouse

Comment devient-on fétichiste ?
Je ne pense pas que l'on devienne fétichiste, je pense, personnellement, que tout être humain l'est à différents degrés.
Le refus de la nudité est presque universel. La société s'est toujours emparée des corps pour les habiller et même les déformer. La beauté des corps dépend d'un schéma idéal suivant les ethnies et les époques. Les traitements correcteurs sont souvent étonnants pour l'œil normatif d'aujourd'hui. Le mot "fétichisme" vient du portugais "feitiço", issu du latin "facticius" (artificiel). La même racine espagnole donne "alfeltar" (farder, parer). Tout ce qu'on peut imaginer de monstruosités dans la nature donne lieu à un fétichisme exacerbé : nains, prostituées amputées ou obèses. La laideur a toujours deux faces : l'une fascinante, l'autre insupportable.
Dans certaines tribus d'Afrique les femmes sont scarifiées. Dans d'autres tribus leur crâne est déformé. D'autres ont les lèvres étirées (les femmes à plateaux). En Birmanie les femmes se mettent des colliers pour allonger leur cou, et deviennent des femmes-girafes. En Chine on bandait les pieds des enfants filles pour qu'elles les conservent de petites tailles. Enfin, en Europe, les amateurs de femmes aux tailles "encorsetées" sont des hommes attirés par les femmes immobiles, ligotées. Ils aiment les voir chaussées de talons très hauts et vêtues de jupes très serrées. Nous savons quelles douleurs l'homme subit dans le désir lorsque la femme convoitée ne lui appartient pas. Le masochiste érotise cette douleur et en jouit. L'homme sait qu'il ne sortira de la souffrance que dans la possession. Les femmes ligotées, "encorsetées" sont la représentation de la femme possédée en tant que femme. Leurs seins, débordant largement de leur corset, représentent aussi la mère aux seins lourds. Chacun sait que la mère est la femme que l'homme possède totalement. Ainsi, le fétichiste dominant s'arrange avec la douleur qu'il subit dans le désir.

Où s'arrête le fétichisme et où commence le sadomasochisme ?
Pour moi la frontière est presque imperceptible. Les fétichistes et les Sadomasochistes ont une démarche très proche. Cependant, les fétichistes qui ne possèdent pas les outils de la réflexion méprisent quelquefois les sadomasochistes et j'ai vu dans mon entourage un médecin dominateur traiter les fétichistes de caoutchouteux sur un ton de dégoût. Dans l'enfermement fétichiste (latex), la transpiration (eau), et le caoutchouc, matière naturelle, représentent le ventre maternel. La paix dans un univers où l'homme possède la toute-puissance de l'enfant. Quand le masochiste se fait ligoter, ou, quand il se fait écraser le visage par le cul d'une dominatrice, il cherche à retrouver la volupté du ventre maternel. Les adeptes de rapports de scatologie et d'urolagnie se font souiller pour les mêmes raisons. Le fétichiste et le masochiste sont attirés par un univers qui n'est plus la vie (fureurs, cris, guerre, peur, souffrance), mais par un lieu de flottement avant la vie, après la vie : la mort, le cosmos en apesanteur.

Que penses-tu des états où cette pratique est interdite ?
Je pense que les fétichistes et les sadomasochistes ont trouvé une façon de canaliser les douleurs et les violences de la vie quotidienne. Ils apprennent à vivre ainsi à travers les images et les sensations qu'ils captent pendant leur enfance et leur adolescence. Ceux qui ne le vivent pas à l'état ludique et sexuel le vivent de façon morale c'est à dire en meurtrissant les autres ou en se faisant meurtrir à travers les guerres et les conflits. Les pays qui interdisent ces pratiques sont souvent des pays où dictature, tortures, génocides règnent en Maîtres absolus.
Pour exemple actuellement les pays les conflits dans les émirats arables

Nous sommes aujourd'hui en 2015
et ce texte écrit il y a des années
revient comme un boomerang
Les pays interdisant ces pratiques Fétichisme et BDSM sont souvent
des dictatures qui pratiquent génocide tortures.
Voir l'actualité au Yemen actuellement.

 

Considères-tu les fétichistes comme des exhibitionnistes? Et, si oui, acceptent-ils de se montrer à tout le monde ?
Lorsque Christophe Dechavanne m'a demandé de réunir des fétichistes français sur son plateau, j'ai été frappée de voir à quel point ils étaient difficiles à faire sortir de leur "cocon". Les fétichistes de l'Europe du Nord sont plus exhibitionnistes. C'est du reste en Angleterre : Rubber Ball, en Hollande : Europerve et en Allemagne : Ball Bizarre, que les meilleures soirées sont organisées. (2000 à 3000 participants en moyenne) Dans des tenues insensées.

Le fétichisme est aujourd'hui le fruit d'un engouement particulier. Faut-il voir un phénomène de mode une sortie de l'ombre de ses adeptes et pourquoi ?
Il y a une vingtaine d'années les fétichistes se fabriquaient des vêtements simples et des capes en latex. Des combinaisons qui les enfermaient complètement. Depuis plusieurs années, des créateurs londoniens, comme Krystina Kitsis (Ectomorph), plus récemment House of Harlot qui a créé des femmes-abeilles, Libidex et surtout l'équipe Skin Two; Steve English à Amsterdam, boutique Demask, et Hellen Shipper inspirée par l'Egypte antique ont donné un attrait de mode et de couleurs au fétichisme. Ce sont ces créateurs qui ont attiré de nouveaux adeptes. Cependant, la mode "normale", accompagnée de ses accessoires, ses vêtements et de son maquillage, est avant tout fétichiste. Il y a dans le maquillage un jeu avec l'amour et la mort. - Thierry Mugler est mon créateur préféré. Lui et Jean Paul Gautier se sont complètement inspiré du fétichisme. Leur réussite n'y est pas étrangère, comme quoi le fétichisme excite dans l'inconscient collectif.

A quoi reconnaît on un fétichiste ?
Certains le sont sans le reconnaître. Lorsque l'on éprouve une volupté sexuelle à être enfermé dans un cocon. Ou, au toucher de diverses matières : soie, latex, plastique, cuir ; on est fétichiste. Mais le fétichiste est aussi celui qui a peur ou ne peut posséder l'être qu'il vénère. Alors il substituera à l'objet de son désir, une paire de bottes, de chaussures, ou, une pantoufle. Lesquelles deviendront à leur tour objet sexuel. Une école française de sexologie tient ce propos complètement débile à savoir : "Il y a pathologie lorsque l'objet du rapport sexuel est un corps mort (chaussure, paire de bas etc.)" Il n'est pas utile d'être expert ou visionnaire pour comprendre qu'un individu qui vit bien son fétichisme et s'en trouve épanoui n'est pas malade. Ce mot pathologie est déplacé sauf dans des cas extrêmes, mais cela ne dépend pas d'un sexologue (rarement psychiatre), mais d'un psychiatre. Ces fétichistes extrêmes subissent quelquefois une grande souffrance. (la plus part du temps engendrée par la culpabilité) Ou alors, ils rejettent leur propre haine vers l'extérieur (fétichiste sadique) et provoquent la souffrance des autres. Comme le cas d'un jeune homme que j'ai connu. Qui ne bandait qu'en tondant sa femme (non consentante). Ou, en se branlant sur des photos de stars tondues. Ces fétichistes sadiques ne jouent pas dans notre théâtre. Ils le méprisent plutôt. Ils n'aiment pas le consentement. Ils veulent forcer et des qu'ils ont réussi, l'objet du supplice ne les intéresse plus. Ces fétichistes là, (inconscients), sont ceux qui rient en pensant au personnage de Sacher Masoch dans la Pantoufle de Sapho : "Félicien Wasilewski est mort, il y a quelques années, dans ses terres de Pologne. Il avait atteint un grand âge et ne s'était jamais marié. Ses héritiers découvrirent, parmi toutes sortes d'objets précieux, un coffret d'ébène incrusté d'ivoire, où se trouvait une vieille pantoufle fanée. Le premier étonnement passé, ils s'en amusèrent; ils n'en parlent jamais qu'en riant".

Comment es-tu devenue Dominatrice ?
Tout naturellement, sans être initiée, le temps d'un déclic ! Un être d'essence masochiste n'a pas besoin d'initiation, que cela soit pour les relations dominantes ou pour les relations dominées. Je le raconte avec plus de précisions dans mon livre.

Que cherchent les hommes dans une relation avec une dominatrice ?
Vivre leur féminin en le théâtralisant. Vivre un état voluptueux qui les repose, leur permet de renaître. Depuis Eve, la femme est l'éternelle coupable, Ils viennent vivre leur homosexualité en faisant endosser le péché à la Maîtresse. Très hypocritement ils murmurent : "Maîtresse, oui, je suce la belle et grosse bite du Black Master, mais c'est parce que vous me l'avez ordonné, Maîtresse, et vraiment, pour vous faire plaisir, sans cela...". Ils viennent pour se faire punir, s'autorisant ainsi à commettre le péché. Puisqu'il y a punition, il y a autorisation.

Es-tu passée de l'autre coté ?
Absolument, j'y étais avant d'être dominatrice, mais c'est assez difficile à vivre. Un homme peut masquer son caractère dominant dans le jeu et s'il se découvre, c'est pas très important. Le problème avec la femme masochiste, c'est que les hommes ne sont pas aussi joueurs. Etre dominateurs, pour certains, cache quelquefois, hélas, un manque grave dans l'affirmation de leur virilité. Le S-M devient pour eux un prétexte. Ces individus se prennent très vite au sérieux, perdent le sens des réalités de 1995 et ils craquent lorsque la femme masochiste a un caractère dominant.

Comment te fais-tu connaître ?
Je suis suffisamment connue !

Quelles sont tes spécialités ?
En tant que dominatrice, j'aime pratiquement tous les jeux et je possède toutes les techniques. Dans les soirées, j'exclue complètement les couples si j'ai le moindre doute sur le consentement réel de la femme. Ou, si j'ai l'impression que la femme n'a donné son consentement que parce qu'elle a peur de perdre l'homme qu'elle aime.

Quels sont les points communs à tous les fétichistes que tu as rencontrés?
Un amour et une vénération immodérée pour l'objet ou la matière culte. La recherche d'un autre état de conscience. Le mysticisme païen.

Comment peut-on être SM dans les pays ou cette pratique est interdite ?
L'interdiction n'oblige qu'à se cacher. On ignore toujours ce qu'il se passe sous la couette des couples. Et nombreux sont les couples, et les individus qui pratiquent le S-M, et, ou, le fétichisme sans nommer leurs relations.

Quel est ton livre de chevet ?
Je préfère la philosophie, on apprend souvent en quelques lignes plus que dans un roman et surtout l'on se conforte sur ce que l'on a découvert dans la méditation. J'aime Nietzsche, Platon et le Marquis de Sade, chez les contemporains Gilles Deleuze à sa mort, j'ai eu l'impression de perdre un deuxième fois mon père. Je lui avais écrit, et, quarante huit heures après, il me répondait; quelques mots très humains. J'aime Flaubert et j'ai été plus touchée par la tentation de Saint Antoine que par Madame de Bovary. J'ai beaucoup lu Masoch le livre le plus connu est La Vénus à la fourrure, mais il n'est pas celui que je préfère. Je relis souvent, L'Errant, La Pêcheuse d'âme, Mardona mère de Dieu. Parmi les poètes ? Aragon ! "Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare" !

Quel est ton film-culte ?
Il est difficile de parler d'un film culte, cela dépends des acteurs, du metteur en scène, des époques ! Les films qui m'ont marquée ? Un tramway nommé désir et en général les films d'Elia Kazan. Dracula de Coppola, vous voyez cela varie beaucoup. Vol au dessus d'un nid de coucou ! J'aime Jack Nicolson. Les diables de Ken Russel. Au secours ! je le cherche la cassette car je voudrais revoir les diables de Ken Russel avec Olivier Reed.

Selon toi, quelle est la qualité principale que doit avoir un homme ?
Avoir fait un chemin qui lui permette de ne pas avoir peur pour ses couilles ! Posséder un "ventre maternel".

La qualité principale que doit avoir une femme ?
Apprendre à vivre rapidement !

Quel trait de caractère tu détestes le plus ?
Je ne déteste rien chez l'homme, j'en fuis certains.

Qu'est ce que doit faire un homme pour te séduire ?
Etre intelligent et sensuel.

Quel est l'acte dont tu es la plus fière ?
Avoir, personnellement, écrit mon livre en étant autodidacte.

Parallèlement à tes activités de dominatrice, as-tu une sexualité "normale" ?
Heureusement pour moi, j'ai une sexualité. Mais qu'appelez vous une sexualité "normale" ?

Si tu étais un animal... quel animal voudrais-tu être ?
Un serpent femelle !

Une matière...
Du métal !

 

 

_______________________________________

Copyright "Maitresse Francoise"